Plus de 50 % des anticancéreux mis sur le marché dans l’Union européenne entre 2009 et 2013 n’apporteraient aucun bénéfice pour le bien-être ou la survie, par rapport aux anciens traitements. Le processus d’approbation de ces médicaments par les autorités européennes est mis en cause.