Le gouvernement français a créé un groupe de travail pour réfléchir à un projet de loi sur la verbalisation du harcèlement de rue. Plusieurs associations féministes se montrent sceptiques sur l’efficacité des mesures proposées.