Nice est devenue la première grande ville de France à prévoir un contingent d’emplois réservés aux enfants de harkis, en raison de “la persistance de leurs difficultés d’insertion” plus de cinquante ans après la guerre d’Algérie.