Alors que le président américain a annoncé, vendredi, qu’il ne certifiait pas l’accord internationale sur le nucléaire iranien, Paris reste très attaché à ce texte historique, pour des raisons politiques et économiques.