Une nouvelle étude internationale affirme que les pleurs des bébés activent des régions spécifiques du cerveau de leur mère. Ces résultats confortent l’idée de l’existence d’un instinct maternel biologique.