Suite du procès d’Abdelkader Merah pour complicité dans les sept assassinats commis par son frère Mohammed en 2012, où la cour entend que l’accusé stockait des fichiers audio d’Al-Qaïda par simple curiosité intellectuelle et linguistique.