Le parquet de Paris a décidé d’ouvrir une enquête, lundi, après les menaces de mort diffusées sur les réseaux sociaux visant Charlie Hebdo, à la suite d’un dessin représentant l’islamologue Tariq Ramadan, visé par deux plaintes pour viol.