La Cour de cassation française a validé vendredi deux enregistrements clandestins à l’origine de la mise en examen de deux journalistes français. Ils sont soupçonnés d’avoir voulu faire chanter le roi du Maroc.