Huit hommes tenant des propos violents sur la messagerie cryptée Telegram, prisée des jihadistes, ont été mis en examen vendredi soir. Sept d’entre eux ont été placés en détention provisoire.