Après deux affaires de viol controversées, le gouvernement planche sur la délicate question de l’âge minimum du consentement sexuel en vue d’un projet de loi contre les violences sexuelles. Treize ou quinze ans ? La question divise.