Une étude réalisée à Taïwan révèle une association entre la présence de particules fines et des anomalies de morphologie des spermatozoïdes. Cependant, elle ne prouve pas directement que la pollution de l’air provoque une baisse de la fertilité masculine.