Le salon Milipol a décidé de fermer un stand dans lequel des entreprises chinoises proposaient des “équipements de torture illégaux” découverts par Amnesty international.