Tous les syndicats d’enseignants français de l’étranger ont appelé lundi à la grève pour dénoncer les économies et suppressions d’emplois prévues par l’État. Une première. “Le gouvernement casse, selon eux, un outil du soft power”.