La Société Générale n’a pas enfreint la réglementation en vigueur en fermant plusieurs comptes du Front national et n’a donc pas a priori discriminé le parti, a jugé, mardi, la Banque de France, saisie par le FN et le ministère des Finances.