Trois hommes ont été mis en examen et placés en détention provisoire début décembre, révèle mercredi Europe 1. Ils sont accusés d’avoir activement fait la propagande de l’organisation État islamique sur le réseau Telegram en France.