Le Premier ministre a dû s’expliquer, mercredi, sur son recours à un vol privé Tokyo-Paris à 350 000 euros pour le ramener de Nouvelle-Calédonie avec sa délégation début décembre. Il évoque un “élément impératif”.