Favorables à la réforme territoriale voulue par François Hollande, les présidents de Bourgogne et de Franche-Comté ont décidé lundi d’engager leurs deux régions vers une fusion, afin de “créer les cadres de la croissance et de l’emploi”.