De retour du nord-est de la Syrie, où les Kurdes ont créé une administration autonome, Nadim Houry, de l’ONG Human Rights Watch, estime que les Français détenus ne doivent pas être jugés là-bas, pour garantir un procès équitable. Entretien.