Des chercheurs ont trouvé des « cellules de l’anxiété » dans le cerveau de souris, plus précisément dans l’hippocampe. En contrôlant ces neurones par de la lumière, les scientifiques ont pu réduire ou accroître l’anxiété des souris.