Trois adolescentes sur 10 dont les parents sont issus de pays pratiquants traditionnellement les mutilations génitales, sont menacées en France, estime l’association Excision, parlons-en !, qui a lancé une campagne pour mieux les protéger.