Le président français a entamé sa première visite sur l’île en rendant hommage au préfet Claude Érignac, abattu en 1998. Il a ensuite rencontré les responsables nationalistes et exclut toute amnistie de prisonniers dits “politiques”.