Interrogé sur BFMTV, le ministre des Affaires étrangères a évoqué le sort des Français ayant rejoint les rangs des jihadistes et faits prisonniers en Irak et en Syrie. Il a exclu leur rapatriement, faisant cependant exception pour leurs enfants.