En visite en Corse, le président français s’est déclaré, mercredi, favorable à ce que l’île soit mentionnée dans la Constitution, mais s’est opposé aux autres exigences des nationalistes sur la co-officialité de la langue.