La Société Générale a confirmé jeudi que les services du fisc envisageaient de “remettre en cause” la ristourne fiscale de 2,2 milliards d’euros qu’elle a obtenue en 2009 et 2010 en raison de l’affaire Kerviel.