Lors d’un congrès à Austin, au Texas (États-Unis), un chercheur de l’université de Californie a annoncé la création d’une chimère homme-mouton contenant 0,01 % de cellules humaines. C’est le deuxième hybride controversé de ce genre, après la chimère homme-cochon obtenue en 2017.