Le champignon responsable du pied d’athlète est devenu asexué probablement lorsqu’il s’est adapté à sa vie de pathogène humain. Sa faible diversité génétique pourrait le rendre plus vulnérable à de nouveaux traitements.