Le patron de la CGT, Philippe Martinez, a dit mardi tout le mal qu’il pense de la réforme de la SNCF envisagée par le gouvernement. Son syndicat menace d’une grève d’un mois, tandis qu’Édouard Philippe assure ne pas vouloir “aller au conflit”.