Une étude de l’université de Yale apporte la preuve d’un lien entre le microbiote intestinal et des maladies auto-immunes. Une bactérie intestinale, Enterococcus gallinarum, semble favoriser une réponse auto-immune chez la souris, mais aussi chez l’Homme.