Le procès des huit militants anticapitalistes du groupe dit de Tarnac s’ouvre mardi au tribunal correctionnel de Paris, dans le cadre d’une affaire de dégradations de ligne TGV, présentée à l’époque comme du terrorisme “d’ultra-gauche”.