Une étude sur 46.000 personnes qui ont fait un test génétique de l’entreprise 23andMe a trouvé que l’empathie avait une composante génétique, même si celle-ci reste minoritaire. Cette recherche ouvre aussi des perspectives pour mieux comprendre des troubles psychiques comme l’autisme.