Comme après chaque attentat, il se trouve des voix pour dénoncer la passivité de l’État, pour estimer que le drame aurait pu être évité. Or, depuis 2012 et les attentats perpétrés par Mohammed Merah, l’État a beaucoup agi en matière antiterroriste.