Trois jours après les frappes françaises en Syrie, le Premier ministre Edouard Philippe a expliqué, lundi, les motifs de cette intervention militaire devant le Parlement, comme le requiert la Constitution.