Les patients atteints de sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Charcot) perdent progressivement l’usage de leurs muscles suite à la mort des motoneurones qui les innervent. La collaboration entre plusieurs équipes bordelaises vient de révéler des mécanismes métaboliques permettant aux motoneurones de résister temporairement à leur dépérissement. Ces mécanismes expliquent certaines caractéristiques paradoxales de la maladie et ouvrent de nouvelles pistes de recherche thérapeutiques.

ggallais
jeu, 04/05/2018 – 15:08