Des chercheurs ont comparé les génomes d’individus qui vivaient en Islande il y a environ mille ans et d’européens actuels. Les Islandais modernes ont une proportion bien plus importante d’allèles d’origine scandinave que n’en avaient les premiers habitants de l’île.