Un test mesurant l’expression de certains gènes pourrait éviter la chimiothérapie à de nombreuses femmes souffrant d’un cancer du sein à un stade précoce. C’est le résultat d’une étude portant sur 10.000 patientes.