La justice européenne a confirmé mardi que la cheffe de l’extrême droite française Marine Le Pen devait rembourser près de 300 000 euros réclamés par le Parlement européen, en raison de l’emploi douteux d’une assistante parlementaire quand elle était eurodéputée.