Les virus de la dengue et du chikungunya profitent de la propagation accrue du moustique tigre pour menacer toujours plus de monde. Or on ne dispose à ce jour d’aucun traitement spécifique contre ces infections. La solution pourrait venir d’une meilleure connaissance des mécanismes de défense de notre organisme, notamment de ceux mettant en jeu un type particulier de globules blancs qui, bien que présents en faible nombre, semblent jouer un rôle clé dans la lutte contre ces virus.

ggallais
ven, 06/22/2018 – 14:03