Une étude réalisée dans l’État de Pará, au Brésil, conclut que plus de la moitié des tatous testés étaient infectés par Mycobacterium leprae, l’agent de la lèpre. Ces animaux peuvent transmettre la maladie à l’Homme.