Des chercheurs ont identifié un mécanisme moléculaire qui explique pourquoi les filles résisteraient mieux que les garçons à ces troubles du neurodéveloppement lors de la vie fœtale. Ces travaux confirment l’importance du placenta dans le développement du cerveau.