L’enquête sur l’affaire Alexandre Benalla, du nom d’un collaborateur d’Emmanuel Macron à l’origine de secousses politiques, s’est poursuivie samedi avec le placement en garde à vue de trois policiers soupçonnés d’avoir extrait illégalement des images de vidéosurveillance datant du 1er mai.