L’air vicié des grandes villes mondiales n’est pas seulement nocif pour nos poumons. Il contient aussi des éléments génétiques susceptibles de propager des bactéries résistantes aux antibiotiques. Des gènes que l’on trouve à des niveaux de concentration inquiétants, y compris en France.