Soixante-dix ans après le “D-Day”, l’histoire du 320e bataillon de ballons de barrage, la seule unité noire du 6 juin 1944, reste méconnue. Une universitaire franco-américaine travaille depuis des années pour que ces hommes sortent de l’ombre.