Dans une vaste étude sur plus de 470.000 Européens, les personnes qui consommaient le plus d’aliments mal notés par le système Nutri-Score avaient plus de cancers. Une preuve que cet étiquetage informe correctement les consommateurs – à condition d’en tenir compte.