Alors que c’est obligatoire depuis 2012, la moitié des essais cliniques menés en Europe ne font l’objet d’aucune publication officielle de leurs résultats. Si les gros laboratoires sont de bons élèves, les institutions publiques pèchent par leur manque de rigueur et plaident parfois des excuses…