Notre génome possède des traces de virus qui ont infecté nos lointains ancêtres. Une étude des universités d’Oxford et d’Athènes a trouvé une insertion du rétrovirus HK2 plus fréquente chez des personnes dépendantes aux drogues.