Dans un procès qui s’est ouvert mardi, à Nanterre, l’oncle du président syrien Bachar al-Assad, en exil, poursuit en diffamation un élu communiste et un journaliste français après les doutes émis sur l’origine de sa fortune colossale.