Le 4 octobre, Santé publique France a dévoilé ses premières conclusions sur les cas de malformations relevés dans trois départements français et dont la presse s’est récemment fait l’écho. L’agence confirme un excès de cas dans le Morbihan et la Loire-Atlantique mais pas dans l’Ain.