Ce n’est pas une véritable première. Des souris bimaternelles avaient déjà été présentées il y a quelques années. Mais la méthode employée cette fois semble plus accessible. Elle permet surtout d’obtenir des souris viables et capables elles-mêmes de procréer.