À faible dose, le THC présente un important potentiel thérapeutique. Pourtant, il reste peu utilisé compte tenu des effets secondaires qui lui sont liés. Mais des chercheurs suisses nous présentent aujourd’hui une « mousse » qui pourrait bien résoudre le problème.