Une start-up affirme avoir mis au point un test permettant d’évaluer la durée de vie et la probabilité de contracter une maladie à partir de marqueurs épigénétiques. Une nouvelle approche jugée prometteuse mais qui suscite des questions éthiques quant à son utilisation par les assureurs.